Communication : l’âge du "non" chez l’enfant

Maureen Delorme

Publié le .
Mis à jour le .
Imprimer l'article

Aux alentours de 18 mois, un bébé prend conscience du pouvoir du mot "non". Face aux directives des adultes, il l’utilise à tort et à travers. Pourquoi cette période de refus et comment réagir ? Voici les conseils de la rédaction.

age non© Velazquez - Fotolia.com

En ce moment bébé refuse de faire tout ce que vous lui demandez ? Chaque parent ou nounou fait face à la période du "non". C’est une phase normale du développement d’un enfant.  Mais ce n’est pas une raison pour tout lui céder.

La période du non

L’âge du non se situe entre 18 et 24 mois. Il survient en principe avec le développement de la marche et du langage. C’est aussi une période pendant laquelle un enfant gagne en autonomie. Même si il est encore bébé, sa personnalité s’affirme. Bébé cherche plus à montrer son caractère qu’à contester toutes les directives. C’est le moment pour les parents comme pour les nounous de définir des limites. L'enfant doit comprendre que l’adulte prend des décisions pour son bien qu’il se doit de respecter.

Fixer les limites

Afin qu’un enfant comprenne qu’il ne peut pas prendre les décisions et refuser de faire ce que l’adulte lui demande, il est important de bien expliquer les règles à respecter. L’autorité de l’adulte s’impose dès la petite enfance. Anticiper permet aussi d’éviter les crises et les conflits. Avec des mots simples dites-lui qu’il ne peut pas refuser les étapes du quotidien comme se laver, manger ou s’habiller.
Les enfants adorent imiter les adultes alors n’hésitez pas à préciser que vous aussi vous devez passer par là. Responsabilisez-le  en lui expliquant qu’il risque de vous mettre en retard. Par exemple, vous pouvez lui dire "Tu joues pendant une heure au parc puis nous rentrerons quand je te le dirai".

Entre souplesse et fermeté

Rien ne sert d’être trop sévère. Il faut aussi savoir faire preuve de souplesse et de justesse. Pour cela, vous pouvez impliquer l’enfant dans les décisions et lui laisser le choix à travers des alternatives. Par exemple : "Je te lis une histoire et tu te couches quand elle est terminée ou vas te mettre au lit maintenant". C’est aussi une façon d’anticiper sur une éventuelle réponse négative de votre bout de chou et de contourner l’opposition. Il est important de rester attentif aux besoins de l’enfant et à son écoute.

0 commentaires

Le Mag

Grossesse : bien choisir sa maternité 29/01/2015

Vous êtes enceinte et vous allez bientôt choisir votre maternité ? Quelles sont les critères à prendre en compte pour sélectionner le bon établissement...Lire



Les news